Edito

Étrangeté de ces temps confinés où, sidéré par l’événement, chacun s’est retrouvé dans le huis-clos de son logis, au ralenti, à l’isolement de sa vie d’avant. Chacun dans son foyer mais ensemble, en même temps. Réflexe, résistance, élan vital ou résilience, nos vies à distance sont devenues numériques. Garder à tout prix le lien à l’autre, connecté à ses proches, ses amis, ses collègues, se nourrir d’échanges incongrus, émouvants, drôles ou surprenants. De nouvelles façons de se retrouver, de partager ont été inventées histoire de se rassurer, de prouver qu’on est vivant, ensemble. Jamais le besoin d’éprouver le beau et le sensible n’a été aussi fort, un désir puissant de s’émerveiller, de comprendre le regard si singulier des artistes sur notre monde.

Fragilisés mais déterminés, danseurs, chorégraphes, musiciens, tous n’ont qu’une seule envie, celle de retrouver le public. C’est dans ce contexte si particulier que le réseau Escales Danse poursuit son engagement auprès des compagnies et des artistes. 30 spectacles, 150 représentations tout public et scolaires, de nombreuses heures consacrées à l’action culturelle, un ensemble, un tout, porté par 20 structures culturelles franciliennes, vaste territoire de danse.

Ouvrir le programme d’Escales Danse, c’est un peu comme déplier une carte touristique. On sillonne des routes de campagne, on avale de grandes lignes droites, on bifurque, on zigzague, on se perd parfois mais l’on retrouve toujours la salle de spectacles. Du saut de puce au road-trip le voyage est garanti. Parmi les escales, un temps d’arrêt sur le Moyen-Orient avec l’Égypte d’Olivier Dubois (Itmahrag), l’hommage de Fouad Boussouf à Oum Kalthoum, l’astre d’orient avec une danse lyrique et fusionnelle (Oüm). C’est aussi traverser le Vexin avec un Trek Danse ambiancé par Robin Decourcy ou se plonger dans le groove urbain de Lagos, au Nigeria avec Qudus Onikeku (Re:Incarnation ). Un passage par l’océan indien, nous emmène aux Comores, avec Salim Mzé Hamadi Moissi et sa danse incandescente née d’un métissage de cultures afro-arabo-indiennes (Massiwa). Voyez comme ils sont nombreux à porter la promesse d’un voyage étonnant.

Artistes, techniciens, médiateurs, élus, institutions, spectateurs, continuons ensemble à transformer le quotidien, à interroger notre monde, à rêver et inventer, ensemble, des jours meilleurs.